Abonnement au service de vos passions
0
Accueil > > > MOTO VERTE N° 526
Moto Verte n°526

MOTO VERTE N° 526

févr-18

SOMMAIRE

 

Vos rendez-vous

22 Flash
28 Tétines
44 Opinion
46 Tout vu, tout entendu
78 Tests produits
80 Pilotage
82 Shopping
84 Occasion
86 Prix du neuf
143 Résultats
146 20/30 ans
 
14 Interview
Christophe Pourcel bat en retraite…
48 Face-à-face 250 cross
La Honda CRF-R affronte
la référence YZ-F…
74 Test enduro
Que vaut la Honda 400 CRF-RX ?
92 Évasion
Guédaro est parti randonner à Chypre. Où ça?…
 

56 Match enduro

300 et 350 4T sont de sortie…
 

110 Découverte p.110

Gros plan sur les circuits
d’entraînement US…
 
102 Visite
Plongée au coeur de Yoshimura…
124 Enduropale
L’année de Milko Potisek
au Touquet?…
132 SX US
Honda veut redorer son blason…
140 Sport
Ouverture de la saison SX US à Anaheim…
 
 

Edito : Mais où va l’enduro ?

 
On s’y attendait, ça bruissait mais cette fois, c’est officiel. KTM, ou plutôt le groupe KTM et ses pilotes officiels laissent tomber le championnat du monde d’enduro. La nouvelle en soi n’aurait pas un caractère dramatique si le géant autrichien n’en profitait pas pour adresser un grand bras d’honneur à la FIM et lancer le WESS, sorte de championnat parallèle censé couronner le roi de l’enduro, en tout cas le pilote le plus complet.
 
La série s’appuie sur des courses variées déjà en place, allant d’épreuves de sable à des courses extrêmes en passant par de l’enduro très « classique » puisque le Trèfle Lozérien sera presque curieusement intégré à la série. Au-delà du sport, l’idée est de donner une dimension médiatique plus forte en s’appuyant sur des courses spectaculaires, mettant clairement de côté les règles d’une discipline sportive adoubées par la fédération internationale depuis sa création. Disons les choses sans fard. KTM, dont la philosophie d’entreprise mondiale prégnante consiste à vendre des motos – ce qui n’est en aucun cas une tare puisque c’est même la volonté de chaque marque et de chaque entreprise ! – n’était pas satisfait de l’écho donné au Mondial dans sa forme actuelle par rapport aux investissements consentis.
 
Ça manquait de résonance, d’impact alors qu’existent en parallèle ces fameuses courses extrêmes, la plupart soutenues par son partenaire économique historique Red Bull, qui drainent des millions de vues sur youtube et les réseaux sociaux. Le plan était simple. Ou le championnat du monde se pliait aux desiderata de KTM, changeait radicalement en se diversifiant vers des courses plus « bankable » ou le constructeur autrichien revoyait ses plans et lâchait l’affaire, comme la marque avait menacé d’opérer à une autre époque sur le Dakar. On connaît désormais le résultat. Difficile pour l’heure de donner un avis clair sur ce petit cataclysme. On peut juste dresser le constat que ça va être un sacré bazar sportif cette saison et que ça ne va en aucun cas augmenter la lisibilité d’une discipline (c’est d’enduro dont on parle au fait !) qu’il a toujours été difficile de monétiser.
 
Le vainqueur du WESS ne sera pas le meilleur enduriste du monde mais plutôt le héros d’une marque tandis que le champion du monde EGP pourra toujours se dire qu’en l’absence de KTM et Husky, la médaille FIM brille un peu moins. Du perdant-perdant en quelque sorte, sauf sans doute pour les vendeurs de motos qui, en se tirant la bourre en matière de pub et de marketing, devraient pousser plus de pratiquants à sortir le carnet de chèque. Et si c’était l’essentiel après tout pour la pérennité de la moto verte ? Le débat n’a pas fini d’alimenter le microcosme de l’enduro…
 

6,90 €
Nous contacter

À définir
Par téléphone
03 44 62 43 79
Du lundi au vendredi de 9h00 à 12h45 et de 14h00 à 17h45 (prix d'un appel local)
Courrier
Par courrier
Editions Larivière - Service abonnement/VPC
45 avenue du Général Leclerc 60 643 Chantilly cedex

Nos engagements

Paiement sécurisé
Paiement Sécurisé
service clients à votre écoute
Service client
Suivi de vos abonnements
Suivi abonnements

Moyens de paiements